Ce monde ne vaut pas une gorgée d’eau

Histoires

0 Commentaires

Le calife Hârun Ar-Rashîd demanda un jour à boire. On le lui apporta et quand il s’apprêta à boire, un de ses courtisans qui s’appelait Ibn As-Sammâk lui dit : “Attends, Emir des croyants ! Si on t’avait empêché de boire cette gorgée d’eau [ au risque de mourir ], combien l’aurais-tu acheté ? – J’aurais payé la moitié de mon royaume, répondit le calife. – Tu peux boire maintenant, lui dit Ibn As-Sammâk”.

Continuer la lecture »

L’altruisme chez les animaux

Histoires

0 Commentaires

On raconte qu’Ibn Bâbishâdh le linguiste était une fois en train de manger sur le toit de la grande mosquée d’Egypte et il y avait des gens avec lui. Un chat vint à eux et ils lui jetèrent un morceau de nourriture. Il prit le morceau entre ses dents, puis disparut un instant pour réapparaître de nouveau. Ils lui jetèrent un autre morceau qu’il prit dans ses dents, puis disparut pour réapparaître une troisième fois. Ils répèterent l’opération plusieurs fois et le chat ne cessa de revenir. Ils se dirent entre eux qu’un chat ne peut pas manger toute la quantité qu’ils lui avaient jetée et qu’il y avait sûrement une raison qui le poussait à agir ansi.

Ils le suivirent puis virent qu’il grimpait un mur qui se trouvait sur la terrasse de la mosquée, puis descendait à un endroit inhabité qui ressemblait à une maison en ruine. Il y avait à cet endroit un chat aveugle. En fait, le chat qui venait prenait la nourriture qu’ils lui jetaient et l’apportait à ce chat aveugle. Cela suscita beaucoup leur étonnement.

Source :  Histoires merveilleuses et inédites par Shaykh Mahmûd Al-Misrî

L’histoire de Younes

Histoires

0 Commentaires

C’est l’histoire de Younes, il vient d’acheter la nouvelle Mercedes, dernier cri, il en est tout fier, et appelle sa femme Aicha, et lui dit : « Aicha, viens, Chouf la nouvelle voiture que j’ai acheté »

Aicha : « Macha Allah, très belle voiture, tu me mettra devant? »

Younes : « Bien sur cherie, tu sera installée devant, comme ça les voisins te verront, et verront la voiture! »

Aicha est toute contente, les enfants aussi. Younes décide d’aller voyager, en voiture bien sur, avec la famille au grand complet. Alors Younes, tout fier, met sa femme devant, comme prévu, et les enfants derrière.

Au bout de 50Km, un bel homme faisant du stop. Younes, toujours fier de sa voiture, s’arrête, et demande à l’homme :
“T’es qui toi ? ”

L’homme lui répond : « Je m’appelle l’Euro »

Younes : « Ohhhh, monte, monte!! Aicha, va derrière avec les enfants, allez, t’inquiète pas je te regarde dans le rétro ! »

Puis 100 Km plus loin, un autre auto-stoppeur encore plus beau que l’Euro, Younes s’arrête encore en lui demandant « Qui es tu ? »

L’homme lui répond : « Je suis le dollar. »

Younes : « Ohhhh, monte, monte, L’Euro, passe derrière, et fais place au dollar, Aicha, met les enfants dans le coffre, t’inquiète pas, il ne leur arrivera rien. »
Younes est tout content, l’Euro et le dollar dans sa voiture, que demander de plus ?!

Ensuite 150 km plus loin, une superbe femme là aussi fait du stop, alors de nouveau il s’arrête : « Qui es tu ? »

Elle répond « Je suis Dounia »
Alors il met sa femme dans le coffre, et met Dounia à la place.

Et 200Km plus loin, un autre auto-stoppeur, tout vieux, pas très attirant, Younes s’arrête quand même, et lui demande qui il est,
l’homme lui répond : « Je m’appelle dîne ».

Younes : « Oh, désolé, mais tu vois bien qu’il n’y a pas de place pour toi, regarde, il n’y a plus de place, ils sont serré, je reviendrais te chercher quand j’aurais le temps, à mon retour. »

Enfin 100Km plus tard, Un homme Très grand, au regard inquiétant fais du stop, Younes s’arrête, il demande à cet homme de se présenter,
l’homme lui répond : “Je suis la mort, je viens te chercher.”

Younes en panique lui demande et ajoute qu’il avait rien préparé.

La mort lui répond « Qu’as tu rapporté avec toi ? »”

Younes : « J’ai l’euro, le dollar,dounia, ma femme, mes enfants. »

La mort : « et Dîne ? »

Younes désespéré : « Dîne? Je l’ai laissé derrière, mais je vais aller le chercher, je te jure, laisse moi le temps d’aller le chercher, s’il te plaît »

La mort : « Non, c’est trop tard, dîne, tu l’as laissé derrière toi, tu n’as pas voulu de lui, maintenant, c’est à mon tour de venir te prendre comme tu as pris tous ceux qui se trouvent avec toi. »
Source : lejardinducroyant.com

Termes de recherche

  • histoire de younes

C’était Allah ( soubhanaou wa ta’ala)

Histoires

0 Commentaires

Un homme demanda à Ja`Far As-Sâdiq : ” quelle est la preuve de l’existence d’Allah et ne me parle pas du monde, de la subsistance ni des accidents ?”

Ja`Far lui dit :

– As tu voyagé à bord d’un bateau ?

– Oui, répondit le questionneur.

– Avez vous été assaillis par une tempête au point de craindre la noyade ?

– Oui.

– As tu perdu tout espoir au point de ne compter ni sur le bateau ni sur l’équipage ?

– Oui.

– As tu senti à ce moment là que quelqu’un était là pour te sauver ?

– Oui.

– C’était Allah ( soubhanaou wa ta’ala)

Notes du traducteur :

Il est Ja`Far As-Sâdiq, fils de Muhammad Al-Bâqîr, fils de`Ali, fils d’Al-Husayn, fils de `Ali b. Abî Tâlib (Radhia Allâhou ‘anhou). Il est l’un des plus grands savants de son époque. Il est né en 83 de l’hégire et il est mort en 148 de l’hégire à Médine.

Cet homme ne voulait pas que Ja`Far s’engage dans des raisonnements philosophiques. Le premier qui divisa la matière en substance et en accidents fut Aristote.

Source :  Histoires merveilleuses et inédites par Shaykh Mahmûd Al-Misrî

fbq('track', 'ViewContent');